Partenaires

CNRS
Logo Université de Strasbourg
Logo IREBS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil > UMR 7242 Biotechnologie et signalisation cellulaire (Jean-Luc Galzi) > Récepteurs, protéines membranaires et innovation thérapeutique (Animation scientifique : Isabelle Schalk)

Récepteurs, protéines membranaires et innovation thérapeutique (Animation scientifique : Isabelle Schalk)

Les missions du département « Récepteurs, protéines membranaires et innovation thérapeutique » sont l’étude de la transduction de signal (récepteurs) ou de matière (transporteurs) à travers les membranes biologiques et des mécanismes mis en jeu pour réguler ces phénomènes.

Ses équipes combinent des compétences de biologie moléculaire, de biologie structurale, de physicochimie des interactions moléculaires, de biologie cellulaire, de chimie biologique et de physiologie pour développer les outils nécessaires à leurs études.

Le département regroupe trois équipes :

- L’équipe «  RCPG, douleur et inflammation  » animée par Frédéric SIMONIN s’intéresse aux phénomènes d’hyperalgésie induite par les opiacés (HIO) ou par les douleurs chroniques (HIDC). Ces hyperalgésies pourraient présenter des mécanismes communs qui seront étudiés via la caractérisation des récepteurs à peptide RF-amide, d’un sous-ensemble de chimiokines et d’une famille de protéines prometteuses, les GASP (GPCR Associated Sorting Protein) impliquées dans le trafic des récepteurs. L’étude de ces systèmes devrait permettre de comprendre les mécanismes responsables du développement de lHIO et l’HIDC et d’identifier de nouvelles cibles pour le traitement de la douleur ainsi que des processus inflammatoires qui y sont associés.

- L’équipe «  RCPG et cardiobiologie  » animée par Canan NEBIGIL-DÉSAUBRY étudie la contribution des prokinéticines et de leurs récepteurs couplés aux protéines G comme le récepteur 1 des prokinéticines (PKR1) dans la différenciation des cellules progénitrices du cœur et des reins. Le rôle des recepteurs de PKR1 pourrait être exploité pour régénérer le cœur ou les reins affectés par des complications du diabète ou les effets iatrogènes de traitements anticancéreux.

- L’équipe «  Transport membranaire bactérien  » animée par Isabelle SCHALK travaille à l’interface chimie-biologie sur les protéines membranaires assurant le transport des métaux. Le thème central des recherches est le transport du fer chez la bactérie Pseudomonas . La mise au point des méthodes innovantes de mesure de la capture du fer en temps réel associée à la résolution de structure des éléments intervenant dans ce transport et la synthèse chimique permettent à ce groupe de maîtriser la quasi-totalité des outils requis. Ces recherches trouvent des applications dans le domaine de la santé (antibiothérapies) et de l’environnement (bioremédiation).